L’écriture: aventure artistique et paroles explicites

L'Envers du Décor

J’avais envie de vous livrer mes impressions d’écriture, le plaisir, récent, que j’éprouve à écrire des chansons et des articles, de prendre le temps pour raconter des histoires, mon histoire, d’écrire pour mieux le dire.

J’en profite d’ailleurs pour vous laisser un lien en image d’une interview que j’ai faite il y a quelques jours pour le site Marketing Musical, j’y partage mon expérience en tant que blogueur et artiste indépendant. C’est juste là

Photo MM

L’écriture n’a jamais été quelque chose de naturel avant que je décide de me lancer dans mon projet, et le livre de Julia Cameron n’y est sûrement pas pour rien dans le déblocage de ces mots qui se cachaient depuis trop longtemps et qui me manquaient pour décrire ces sensations, ces sentiments.

Avec les fameuses pages du matin dont je parle ici (Libérer sa créativité: comment ça marche ?) ces 3 pages à écrire , de tout ce qui passe par la tête, bien, mal, absurde, concret etc sans censure, sans jugement, la « philosophie » générale du livre, les différents exercices qui poussent dans les retranchements créatifs, tout ça m’a aidé à trouver la confiance pour écrire, et surtout confiance en ce que j’écris.

Dans le 1er article j’avais un peu annoncé la couleur d’une mise à nu avec ce blog, et puis il y a ce striptease en solo que j’évoque pour les séances de studio, certaines chansons laissent place aussi à un effeuillage d’émotions.

Pour la construction il y avait d’abord une mélodie, des notes mais sans mots, enfin si, mais un texte qui ne voulait rien dire.
Je m’égare, du chewing-gum qui n’a absolument aucun sens, mais qui permet de se faire une idée de la mélodie.

La question du Français ou de l’anglais s’est posée aussi, pas longtemps, mais elle s’est posée.
Mes influences musicales sont assez largement américano-anglo-saxonnes mais le Français est un beau terrain de jeu sur lequel j’aime jouer avec les mots.
Et l’anglais permet d’imager différemment
Alors je mélange les deux…

Le Studio : Un striptease en solo

L'Envers du Décor

Tof Studio 1Pour ceux qui me suivent sur Facebook vous devez savoir que vendredi j’ai fait les prises voix du 1er titre de l’EP que je vais diffuser, et que ça s’est plutôt très très bien passé, oui un gros gros KIFF.

Pour tous les autres qui le découvrez, comme ça, par hasard, je vous invite à suivre de plus près encore l’évolution de ce projet en likant ma page Facebook.

Voilà, maintenant vous saurez tout.

J’étais donc en studio vendredi, j’attendais cette session avec beaucoup d’excitation. Une nouvelle étape dans l’évolution du projet, et personnelle aussi par la même occasion.

J’ai pas mal d’expérience de studio en tant que guitariste mais là on peut dire que l’exercice est différent :Micro stud

Le but du « jeu » c’est de rentrer dans la chanson, raconter une histoire, interpréter, jouer, donner un sens à chaque mot, vivre le texte, transmettre des émotions justes, et ça, seul dans une pièce, avec pour unique compagnie un micro et un casque…

Alors tu te retrouves face à toi-même, tu te dévoiles, tu te lâches, t’es là pour ça de toute façon, tu te découvres, oui, dans tous les sens tu termes, tu retires petit à petit des couches de « toi », tu laisses tes émotions te guider pour exprimer au plus près, au plus profond ce que tu ressens, et tu vas à l’essentiel.

Mais en réalité j’étais pas vraiment seul, ce « lâcher prise » a été possible parce que j’étais hyper bien entouré, c’est ça le Do It (Presque) Yourself.

L’importance des conseils extérieurs, d’être bien entouré, bien conseillé, bien dirigé, et ici, en studio c’est Célia, ma coach vocale et David l’ingé son qui me font ce luxe. J’en profite pour leur faire une p’tite dédicace bien méritée.

Tof Studio 3Oui parce qu’on n’est pas forcément objectif sur ce qu’on fait, la façon dont on interprète, si c’est trop, pas assez, L’intention, l’intensité, la technique, et se libérer de l’aspect technique justement pour que ça soit le plus naturel possible.

Y’a tellement de paramètres qui rentrent en compte quand t’es derrière un micro, et surtout quand t’enregistres : le moindre souffle, la moindre note, le moindre détail, un sourire, un coup de mou, si t’es pas dedans, bref, tout se sent, tous s’entend.

Une séance de sport avec toute l’adrénaline qu’il faut pour te mettre KO quand t’as fini, mais que t’as envie de recommencer très vite.

Alors, n’allez pas croire que je suis un exhibitionniste mais quand même, j’ai hâte de faire ce striptease émotionnel avec vous sur scène.

Chaque chose en son temps, je vais déjà en refaire un en studio pour le 2e titre…

J’ai commencé à faire ce « debrief » hier soir, et cette bad news de ce matin m’a donné un coup.

David-Bowie

Bowie c’est plus qu’une influence, c’est un héritage, pour beaucoup d’artistes, et moi le premier !!

Dans son approche de la musique, c’était un artiste hors normes qui se fixait aucunes limites dans la création, de la pop au jazz, du glam rock au Funk.

Il suffit de voir l’un de ses concerts pour capter l’énergie, la lumière et la simplicité qu’il dégageait.

Je suis un immense fan de son œuvre et du (de ses) personnage(s), il restera pour moi l’un des artistes qui m’a le plus inspiré dans l’écriture, la composition, mais aussi dans l’interprétation.